Get Adobe Flash player

Le loup : un été catastrophique

L’été 2017 aura été particulièrement catastrophique en Savoie où plus de 1000 animaux sont morts suite à des attaques du loup (moutons, chèvres, poulains et Veaux). Les agriculteurs de Sainte Foy ont payé un lourd tribu sur le cheptel ovin avec une bonne centaine de bêtes mortes ou manquantes à l’automne avec en prime une descente des alpages prématurée un mois plus tôt que d’habitude pour certains.

Pour 2016, ce sont 22 millions d’euros d’indemnité versés aux agriculteurs au niveau national. Pour 2017, on peut s’attendre à une très grande augmentation des indemnités au vu de l’explosion des attaques.

Les agriculteurs n’élèvent pas leurs animaux pour des indemnisations mais pour renouveler leur troupeau. Ils sont très attachés à leurs cheptels.

A l’heure où les collectivités accusent une très grosse baisse des dotations de l’état, on balance de l’argent pour protéger le loup ! « Ne marchons-nous pas sur la tête ! » Nos ancêtres ont tout fait pour s’en débarrasser et aujourd’hui, on fait tout pour le réintroduire et le protéger.

Que vont devenir nos alpages, nos pistes de ski, nos villages, si les attaquent progressent à ce rythme les prochaines années. Les agriculteurs vont-ils continuer à monter en alpage ? De plus les problèmes avec les chiens de protection, vis à vis des touristes, allons-nous vers une désertification touristique en été ? Les agriculteurs n’ont-ils déjà pas des journées assez longues ? Faut-il encore garder les troupeaux la nuit ? Les défenseurs du loup ne devraient-ils pas faire une saison d’alpage pour se rendre compte des bêtises qu’ils mettent en place et du travail supplémentaire que cela occasionne.

Une bonne nouvelle : les élus des pays de Tarentaise-Vanoise sont très sensibles à la place que tient le pastoralisme dans notre vallée et, surpris par l’ampleur des dégâts, ont voté une motion de soutien aux agriculteurs et sont allés à plusieurs reprises à Paris pour rencontrer le ministre et faire part des inquiétudes du monde agricole.

Qui du loup ou des troupeaux sont les sculpteurs de nos paysages ?

Daniel Arpin